DEAR FRANKIE

Résumé

Elevant seule son fils Frankie, âgé de 9 ans, Lizzie vient de s'installer dans une petite ville du littoral écossais. Pour que Frankie, atteint de surdité, ne souffre pas trop de l'absence de son père, elle lui a expliqué que ce dernier est marin au long cours. C'est une invention que Lizzie s'applique à rendre crédible en écrivant régulièrement au petit garçon des lettres prétendument expédiées par son père depuis des pays exotiques.
Mais Frankie découvre que le fameux bateau de son père, l'Accra, va bientôt accoster dans le port de Glasgow, à côté de chez lui. Lizzie doit alors choisir entre lui dire la vérité ou trouver un parfait inconnu pour jouer, l'espace d'une journée, le rôle de son père.

Un film épistolaire

Le récit repose sur l'échange de lettres entre Frankie et un père imaginé par Lizzie. Elle veut ainsi le protéger d'une vérité cruelle : son père véritable est un homme brutal et colérique. Mais ce dialogue épistolaire, exprimé en voix off au cours du film, répond à un autre besoin : c'est un moyen pour Lizzie d'entrer en communication avec Frankie, de connaître ses pensées, ses sentiments, de percer sa carapace de silence.

Lizzie a donc un comportement très protecteur vis-à-vis de son fils, au point d'avoir fait de lui l'unique centre d'intérêt de sa vie. Pourtant, la fin du film nous permet de comprendre que Frankie est loin d'être aussi fragile que le croit sa mère. Sa dernière lettre révèle au spectateur qu'il a compris le caractère fictif de cette correspondance, dans laquelle il trouvait à la fois un moyen d'évasion, et l'occasion d'un échange intime avec Lizzie.

Les éléments symboliques

Un élément symbolique est utilisé par le réalisateur pour nous renseigner sur les personnages de manière indirecte. Ils permettent de nous faire comprendre leurs pensées, leurs sentiments, leurs rapports aux autres, etc. Le galet donné par l'Etranger et l'hippocampe qui fascine Frankie prennent, au cours du film, une signification que le spectateur doit interpréter.

LE GALET

Au début, Frankie est maladroit au jeu des ricochets. Au cours d'une promenade, l'Etranger lui donne un beau galet plat et lisse, que Frankie garde précieusement au lieu de le jeter. Ce galet représente pour lui le gage d'une amitié naissante, d'un lien avec cet étranger qu'il souhaiterait comme père. A la fin, son habileté aux ricochets témoigne d'un équilibre retrouvé grâce à la relation qu'il a noué avec ce père de remplacement.

L'HIPPOCAMPE

Les hippocampes provoquent un vif intérêt chez Frankie : il en dessine un pour son vrai père qui va mourir et il donne à l'Etranger l'hippocampe sculpté qu'il cachait dans sa boîte à trésors. Il s'identifie à cet animal : comme lui, l'hippocampe est différent des autres, solitaire, muni d'une carapace et plongé dans "le monde du silence". Ce double cadeau constitue donc une message d'affection très intime pour chacun des destinataires.

L'atmosphère du film

La réalisatrice raconte avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse cette histoire dramatique d'une mère fuyant un mari violent pour protéger son fils handicapé. Elle a constamment cherché à maintenir une tonalité douce et mélancolique. Entoures les adjectifs qui peuvent s'appliquer au film ?

- les couleurs utilisées : agressives, vives, ternes, beiges, bleues, criardes, gaies, délavées, vertes, froides, chaleureuses, sombres.
- le type de lumière : vive, douce, naturelle, blafarde, neutre, chaleureuse, brumeuse.
- la musique/les instruments : classique, moderne, pop, mélodique, dissonante, rythmée, lente, piano, violon, guitares, synthétiseur.
- les décors : encombrés, dépouillés, citadins, maritimes, montagneux, riches, pauvres, contemporains, vieillots.

Shona Auerbach s'est inspirée de tableaux écossais pour créer l'atmosphère de Dear Frankie. Quelles ressemblances vois-tu entre l'image et le tableau présentés ci-dessous ?




Hard at it
Sir James Guthrie - 1883

Similitude de composition : personnages de dos au premier plan contemplant un paysage maritime, jouant sur le contraste harmonieux des teintes terreuses du premier plan et du bleu vaporeux du ciel.

  • Grande-Bretagne, 2004
    100 minutes.

  • Réalisation : Shona Auerbach
  • Scénario : Andrea Gibb
  • Images : Shona Auerbach
  • Interprètes : Emily Mortimer (Lizzie), Gerard Butler (L'Etranger), Jack McElhone (Frankie), Sharon Small (Marie), Mary Riggans (Nell).
pied de page